L'ENVOL

quand l'aventure artistique nous révèle

75 min / HD couleur / 2020

Sortie du film en 2021

Projection en avant-première sur IMAGO TV

le lundi 11 janvier 2021 à 20h30 suivie d'un échange en visio

pour DEBOUTS ! FESTIVAL

https://kameameahfilms.org/debouts-festival/

 

Dans le contexte actuel de la crise sanitaire mondiale qui nous isole les uns des autres ;

L’envol... nous rappelle l'importance du lien social et du toucher, du partage d'expériences sensibles et collectives dans notre épanouissement d'être humain.


Et si être vivant, c'était se mettre en mouvement à tout âge, ouvrir un regard nouveau sur soi et l'autre, et exprimer qui l'on est ?

Femmes au parcours de vie singuliers, multiples, parfois difficiles.

Synopsis :

Aïcha, Anay, Eliane... vivent dans les quartiers populaires sud d'Avignon et se rencontrent autour du projet artistique  A TABLE !

Pendant 3 ans, elles explorent une nouvelle manière d'habiter leur corps, d'investir leur parole, la ville;  grâce au processus de création collective.

Peu à peu, avec confiance, elles osent se surprendre elles-même et par la créativité, elles transforment les épreuves de leurs vies; la solitude, la précarité, le déracinement....
L'été 2019, elles jouent leur spectacle « FeMMeS » au festival off d'Avignon.

Réalisation, image & son, montage : Marie Delaruelle

Images additionnelles : Olivier Meissel et Luc Maréchaux

Mixage : Benoît Pouzol

Projet d'émancipation et de prise de conscience du rôle de l'individu dans la société à travers les arts du spectacle, qui a aussi pour vocation de mêler les différents milieux sociaux, les générations et les genres.

Projet initié par le Collectif Subito Presto  d'Apt (Lucia Carbone, Yvon Bayer et Nezli Berhouni)  en partenariat avec le Centre Socio-culturel Espace Pluriel Rocade Barbière d'Avignon et avec les habitant.e.s des quartiers.

Genèse du projet "A TABLE !" et sa démarche artistique

Durant l’année 2015, les artistes du Collectif Subito Presto ont effectué des interventions hebdomadaires auprès des différents publics du Centre social Espace Pluriel Rocade à Avignon afin de définir les problématiques et les besoins des habitant.e.s, sous forme d’ateliers mettant en jeu le corps, la présence et l’engagement de la personne dans son quotidien.
Suite à ces séances, les participant.e.s ont souhaité approfondir ce travail car ils.elles se sont rendus compte qu’il leur permettait de favoriser leur autonomie en leur proposant des moyens concrets pour faire face aux difficultés rencontrées au quotidien : logement, environnement, travail, scolarité, langage, solitude, vie de famille...

 

Le projet "A TABLE !" est ainsi né !
Projet d'émancipation et de prise de conscience du rôle de l'individu dans la société à travers les arts du spectacle, qui a aussi pour vocation de mêler les différents milieux sociaux, les générations et les genres.


L'objectif était de permettre aux habitant.e.s  de gagner en confiance, en autonomie en favorisant le lien social, pour sortir de la précarité et de la solitude, liée au logement, au manque de travail, aux épreuves de la vie... et d'être d'avantage engagés et créatif dans leur vie et celle de leur quartier, qui manque d'une dynamique culturelle qui valorise la richesse et la diversité des habitants et change le regard des gens sur le quartier dit « prioritaire ».


Des ateliers hebdomadaires et mensuels ont été proposé (technique F. M. Alexander *, musique, théâtre, danse).
Aussi, des stages d’une semaine avec différents artistes intervenant.e.s, de France, du Liban et d'Italie (clown, marionnettiste, chanteuse, etc.), ont eu lieu pendant les vacances scolaires afin de mêler les générations et les genres.

* voir plus bas ce qu'est la Technique F.M.  Alexander.

 

« À Table ! » est comme une petite oasis dans cette jungle de la vie quotidienne : l’on vient s’y ressourcer, apprendre, partager des liens devenus précieux. Les outils qu’on y apprends nous donnent aussi plus de confiance en nous pour oser, aller de l’avant. Des changement subtils s’opèrent : notre regard sur la vie quotidienne et ces difficultés sont emprunt de plus de tolérance, de plus d’ouverture. On apprend aussi à être en relation avec les autres avec plus de respect et de douceur".

 

ANAY  (habitante participante) 

 

Naissance d'un film 

 

Début 2017, la réalisatrice Marie Delaruelle rejoins le projet et commence à filmer les ateliers pour raconter cette aventure artistique et humaine hors du commun dans un documentaire.
Son film "L'envol, quand l'aventure artistique nous révèle" né 3 ans plus tard, en 2020.

 

« J'ai rencontré les artistes du Collectif Subito Presto en 2008,

"L'envol..." est notre 7ème collaboration et le 5ème film que je réalise autour des projets du Collectif.

Ce qui me touche, c'est leur engagement artistique et humain au long cours et leur démarche et philosophie de travail : créer une vraie relation avec les gens, être à leur écoute en leur proposant des outils concrets pour qu'ils soient plus autonome et libre dans leur vie.
A chaque projet, je suis émerveillée de voir à quel point l'expérience artistique permet aux gens de se découvrir autrement, de s'épanouir, de se transformer profondément de l'intérieur.
Un changement de regard sur soi qui favorise la rencontre avec l'autre et l'ouverture au monde.
Cette force d'émancipation permet de vivre ensemble avec plus de tolérance, de joie et de créativité.
Ce n'est pas une utopie, c'est ce que l'on a vécu ensemble au cours de ce projet et ça me remplie d'optimisme et d'élan à porter ces messages auprès du public.

 

Nous avons noué des liens d'amitié avec les femmes du film, que je revois régulièrement.
Je suis subjuguée par leur transformation au cours du projet, leur courage, leur puissance et leur joie de vivre.

 

Je pense que pour savoir vivre et construire ensemble, il faut que l'on puisse se rencontrer et trouver chacun l'espace d'être soi-même. L'aventure artistique est en cela une grande force, un lieu d'émancipation.

Notre société, en proie à de graves fractures, au niveau social, économique et culturel a besoin des messages que portent le film.

Séparé les uns des autres lors de la crise sanitaire du Covid 19, le film nous rappelle à quel point le contact sensible, le toucher, le lien à l'autre et l'échange sont essentiels dans nos vies ".

Note d'intention de la réalisatrice
Aller à la rencontre de soi favorise le lien à l'autre et notre ouverture au monde.

 

Les thèmes que soulèvent le film

La relation fonde notre humanité.

Nous humain, sommes des êtres sociaux et avons besoin d'entrer en relation avec l'autre pour construire notre identité, apprendre, grandir, nous épanouir, vivre.

N'est-ce pas notre corps dans sa globalité qui est engagé dans la relation à l'autre ?

Nous sommes un corps physique, sensible et émotionnel et avons besoin d'être présent à soi, pour pouvoir entrer en relation avec l'autre.

Les femmes du film nous rappelle que nous sommes d'abord un corps qui ressent, vivant pour soi et pour les autres. Le point central de toute relation. Grâce à l'expérience artistique, elles ré-apprivoisent leur corps par le toucher, le geste. Leur relation à l'autre et au monde s'en trouve changée.

 

"Cet atelier m’a aidé à trouver ma personnalité, à aimer mon corps

et comment être consciente des mouvements que je fais avec mon corps,

comment partager avec les autres et comment respecter le corps de l’autre."

HASSANA (habitante participante) 

L'expérience artistique est une force d'émancipation.
Quelle est la vocation profonde de l'art ?
Est-il réservé aux artistes, issus d'une certaine classe sociale ?
La création artistique fait-elle sens uniquement dans les théâtres ?


Depuis plus de 30 ans, les artistes du collectif Subito Presto sont conscient que la pratique artistique est un puissant levier d'émancipation de l'individu. Ils ont crée de nombreux projets, avec des publics différents (enfants, adultes, personnes dites « âgées »...).

 

L'expérience de ces femmes nous montrent que la pratique artistique n'est pas un luxe, réservé à une élite. Leurs vies, leurs histoires ; uniques et importantes, peuvent entrer en résonance avec celles des autres.
Elles osent aller au delà de ce qu'elles pensaient être capable de faire, d'exprimer.
Elle sont fières d'y être arrivé ensemble.
Le projet témoigne de la force du collectif et du partage d'expériences.

 

En expérimentant de jouer dans la rue, dans les parcs... ces femmes investissent leur quartier d'une nouvelle manière.

Le quartier devient plus vivant, ce qui incite les autres habitants à le voir autrement.
La scène du théâtre n'est plus le seul lieu de représentation des histoires, d'autres espaces s'inventent, d'autres publics s'invitent. Le centre ville d'Avignon et ses multiples théâtres n'est plus le cœur de la création artistique.

 

La voix des femmes.

A TABLE ! est devenu un projet de femmes.

Ouvert à tous (hommes et femmes), ce sont elles qui sont venu participer aux ateliers dès le début.

La rencontre entre le groupe d'Avignon et les femmes du Centre anti violence Onde Onlus de Palerme, les a amené à poser un regard sur leur vie de femme et à interroger dans le spectacle la place de celle-ci dans la société.
L’idée du spectacle n’était pas d’être dans un propos revendicateur et féministe, mais surtout d’éveiller une réflexion chez le spectateur sur nos responsabilités dans cette inégalité entre hommes et femmes.

 

" À travers le récit, offert parfois au groupe, de nos histoires personnelles,

nous réfléchissons beaucoup mine de rien, à la place des femmes dans la société.

Tout d’un coup, nous ne sommes plus seules avec la honte et le désespoir de nos vies bancales,

mais au milieu de voix qui se font écho, d’oreilles attentives et bienveillantes. "  

LOLA  (habitante participante)

 

Le pitch du spectacle "FeMMeS" :

Après des années de séparation, des femmes ayant travaillé durement dans une usine qui a fermé soudainement se retrouvent. Que sont-elles devenues entre temps et que reste-t-il de ce qu’elles étaient à l’époque ? Quels espoirs les ont habitées en changeant de pays et de situation ? Quel combat menaient-elles alors en tant que femme ? Ces femmes viennent, tel un porte-voix, poser des questions sur ce qu’est être femme aujourd’hui et sur quel modèle devons-nous nous construire pour que nos enfants soient plus éveillés face à cette problématique. Le spectacle débute en plein air par une déambulation poétique et théâtrale et se poursuit en salle, pour vous faire voyager plus en profondeur dans l’intimité de ces personnages. 

 

Message d'un spectateur

« Merci beaucoup, immensément, pour cet océan de vie, de douceur,

de générosité, de finesse, d’intelligence... d’humanité !

Vous êtes merveilleusement belles et bouleversantes.

Bonne route ! »


Nouveau regard sur la ville et ses quartiers périphériques.

Le quartier de la rocade barbière est un quartier prioritaire de la politique de la ville, situé à 4km du centre ville d'Avignon.

Il n'est pas une banlieue mais fait parti de la ville.

Les remparts du centre ville peuvent être vécu comme une "frontière"  qui sépare les habitants de l'intra-muros et ceux de l'extra-muros. 
 

Vivant dans différents quartiers de la ville : centre ville, quartier Rocade Barbière et ceinture verte (zone agricole aux abords de la ville), les femmes du film ouvrent la géographique de la ville et nous invite à franchir cette barrière sociale.

 

Comment vit mon voisin dans le quartier d'à côté ?

Nos origines, nos cultures et nos parcours de vie différents ne peuvent-il pas être une richesse à partager ?


Au delà des préjugés, elles nous permettent de changer de regard sur les quartiers périphériques ; vivants et riches grâce à la diversité de leurs habitant.e.s. Une cohésion sociale favorisée par le travail remarquable des centres sociaux, qui œuvrent au quotidien dans les quartiers.

Affiche l'envol recadrage 2.jpg

LA TECHNIQUE F.M ALEXANDER au coeur du travail

La technique Frédérick Matthias Alexander, dont Lucia Carbone est professeure, a été au cœur du travail, la pratique centrale grâce à laquelle le processus de création a pu se développer.

Qui est Frédérick Mathhias Alexander ?

Frederick Matthias Alexander (Australie 1869 – Londres 1955) était comédien et connaissait des problèmes vocaux qui menaçaient sa carrière. Les médecins ne pouvant déceler aucune cause physiologique, il pensa qu’il provoquait peut-être lui-même le problème, et amorça une intense observation de sa posture et de sa technique vocale, qui l’amena à élaborer la technique qui porte son nom.

Son enseignement

Fréderick Matthias Alexander est l’un des pionniers dans les approches de conscience corporelle et de ce qu’on nomme maintenant l’Education Somatique, mais il serait très réducteur de le restreindre au champ corporel. 

Il parlait de l’unité psycho-physique de l’être humain.

Alexander  nous invite en premier lieu à observer, reconnaître et questionner nos habitudes de pensée et d’agir. Il nous amène à dé-faire, non-faire, inhiber nos réactions réflexes aux stimuli pour les remplacer par des réponses conscientes, en plaçant l’attention au centre de notre vie. Attention à soi, aux relations aux autres, au monde dans toutes ses dimensions, visibles et non visibles. Son enseignement nous permet d’affiner et de développer nos capacités de mouvements, mouvements du corps et mouvements de pensée.

Le travail se transmet par le toucher et par la parole pour réveiller et renforcer l’attention de l’élève vis-à-vis de lui-même afin qu’il devienne un acteur conscient de sa façon d’être, d’agir et de penser.

« …avant que nous puissions trouver dans le monde qui nous entoure

les changements qui nous sont nécessaires,

nous devons apprendre à reconnaître en nous-mêmes

la nature de ce qu’il faut modifier et comment y parvenir.

Le changement est d’abord dans nos propres attitudes… »

 

Frédérick Matthias Alexander

 ”Man’s Supreme Inheritance” – 1910

LES PROTAGONISTES DU FILM

Les porteurs du projet 

Le Collectif Subito Presto 

Créer par Lucia Carbone, Catherine Vernerie et Yvon Bayer.

À la rencontre des publics, le collectif arpente les espaces ; dehors, dedans, verticaux, au coin d’une rue, sur une place de village, ou dans un livre… à Rustrel, Beyrouth, Palerme, Rossignol ou Lisbonne… Partout où leur pas les mènent.

En tant qu’artistes et citoyens, ils se placent au centre même de la vie quotidienne. L’art permet un échange sensible, faisant de nous un miroir potentiel pour les individus que nous rencontrons, les renvoyant à leur liberté et leur responsabilité d’êtres pensants, imaginants et agissants. Leur activité a toujours lié création, pédagogie et engagement auprès des acteurs socio-culturels.

 

Le Centre social Espace Pluriel Rocade Barbière 

Structure municipale gérée par le CCAS d'Avignon implanté dans un quartier prioritaire de la politique de la ville ; le centre social est ouvert à l’ensemble de la population habitant à proximité, offrant accueil, animations, activités et services, en collaboration avec de nombreuses associations et autres partenaires. Lieu de rencontre et d’échange entre les générations, il favorise le développement des liens sociaux et familiaux, de la petite enfance au 4e âge. Il invite le public à porter des initiatives dans un esprit d’ouverture, de respect et de tolérance.

L'équipe d’animatrices du centre : Fatima Himmi, Clémentine Cacciaguerra, Marianne Cler.

Les artistes intervenants (présents dans le film

Stages : Théâtre & voix  : Patricia d’Antona, comédienne, conteuse et chanteuse (association Corai, Italie).

Marionnette  : Karim Dakroub, marionnettiste, metteur en scène et psychothérapeute (association Khayal, pour les arts et l’éducation, Liban).

Clown : Serge Neri, comédien et clown (Théâtre de la Brante, France).

 

Les participantes

d'Avignon :

Elles sont originaires de France, Algérie, Maroc, Brésil, Madagascar :

Véronique Adam, Houria Aribi, Lamiae Boubekri, Badoucha Chagoufi, Karen Conrard, Aïcha Himmi, Lola Martel, Hassana Sardo Oumlala, Hélène Rigaud, Anay Ramaharobandro, Sonia Soares, Eliane Teissier, Hélène Vicet.

 

Les femmes du Centre anti-violence ONDE ONLUS de Palerme :

Daniela Alessandro, Giovanna Cammarata, Vanessa Carollo, Kavita Chumin, Sabrina Correnti, Anna Crisafi, Maria Olga Di Giovanni, Francesca Gulotta, Maria Hutan, Marisa Piombo.

Les partenaires financiers

La Fondation Abbé Pierre,  le CGET, le CCAS d'Avignon, la Ville d'Avignon, Ville solidaire, la Politique de la Ville, le Conseil Général du Vaucluse, la CNSA et la Fondation Vinci pour la cité.

MERCI aux généreux donateurs de la campagne de financement participatif sur HelloAsso.

 

PROJECTION DU FILM EN AVANT-PREMIERE (AVIGNON / 2020)

Séances uniques au cinéma Utopia (les 29 février et 19 septembre).

En plein-air :

Au Festival Courts-Circuits, organisé par le Tiers-lieu culturel LaScierie (22 juillet)

Lors d'une soirée « cinéma sous les étoiles » organisées par la Ville d'Avignon, dans le quartier de la Barbière où le film a été tourné (29 juillet).

 

 

ORGANISER UNE PROJECTION près de chez vous :

Vous souhaitez organiser une projection dans votre ville, village... ; dans le cinéma de votre quartier, le centre social...

Nous serions ravis de pouvoir amener le film jusqu'à vous et vous rencontrer.

Des échanges avec le public accompagnent la projection.

 

Duo film et spectacle :

Le spectacle FeMMeS et le film l'Envol peuvent être programmé successivement ou en deux temps.

 

Tournée du spectacle FeMMeS :

Le spectacle FeMMeS poursuit sa tournée en France.

Contactez nous si vous souhaitez qu'il passe près de chez vous.

 

                   Contact projections : marie.delaruelle26@gmail.com

Infos du Collectif Subito Presto sur https://www.subito-presto.com/fr/
contact@subito-presto.com